L’éternel combattant

Pour Khaled Drareni


Parfois les miens me manquent

Puis je pense aux tiens

Et chasse la mélancolie qui éreinte ma voix

On te vole les mots que tu as arrachés

Et on démolit ta Casbah

Parfois le courage se dérobe

puis je songe à tes choix,

je reprends alors la plume

Et mon artisanat

On te vole les mots que tu as arrachés

Et on démolit ta Casbah

Parfois j’ai envie de silence

puis j’entends celui qui résonne à Koléa

Je me mêle alors aux autres

car le pays est privé de toi

De tes mots

Tes images

Cent jours

Nous ne t’oublions pas.



42 views0 comments

Recent Posts

See All

Notre humanité

Une véritable commotion. Depuis quelques jours les mots manquent pour dire le choc. Ou peut-être est-ce le moment où il faut admettre l’ampleur de la catastrophe. Le bilan des incendies qui ont touché